Ils ont fait la mode / Jacques de Vaucanson


Histoire de la Mode / lundi, septembre 2nd, 2019
Jacques de Vaucanson
jacques-de-vaucanson5

Il n’y a pas que les créateurs qui font avancer la Mode. Aujourd’hui nous allons évoquer un ingénieur du XVIIIe siècle qui a changé la façon de fabriquer la mode grâce à son invention : l’automate à tisser.

Avant l'invention

La soie représente une véritable ressource pour la France du XVIII e siècle. Elle est à la fois utile pour son aspect économique et symbolise le prestigieux savoir-faire français. Lyon est alors la seule ville où les soies peuvent être importées. En 1740, la France compte environ 8 000 métiers à tisser et plus de 10 000 personnes sont employées dans les fabriques[1], c’est dire l’importance de ce secteur !

Néanmoins, la production de ces soieries est réalisée manuellement sur des métiers à tisser et ce travail demande beaucoup de temps et de patience… L’Etat cherche alors un inspecteur des manufactures de soie qui réussirait à développer et organiser cette « industrie ».

Le "Rival de Promethée" selon Voltaire

Dixième enfant d’une famille de gantiers de Grenoble, Jacques Vaucanson (1709-1782) s’intéresse à la mécanique dès son plus jeune âge. Enfant, il est fasciné par le mécanisme d’une vieille horloge et décide de la démonter afin de comprendre les rouages. Il commence peu à peu à réparer horloges et autres montres du voisinage. De 1728 à 1731, le voici à Paris afin de suivre des études de mécanique, physique, musique et anatomie.

Le rêve de sa carrière ? Créer un homme artificiel. Bien qu’il n’ait évidemment pas réussi ce dessein, il va créer des ingénieux automates comme le « Joueur de flûte » (1738) : un homme d’1m50 qui semble jouer de la musique grâce aux mouvements de ses mains et de ses lèvres.

Vidéo légèrement angoissante je reconnais mais qui montre l’incroyable Joueur de flûte en mouvement.

Un ingénieur déjà reconnu

Notre ingénieur fait alors une tournée pour présenter son automate musicien et rencontre un vif succès. Cela lui permet de trouver un premier mécène. Vaucanson complète sa collection avec des automates de plus en plus développés comme le « Canard digérateur » qui reproduit le système digestif de l’animal.

Ces créations fascinent et l’Empereur Frédéric II propose à Vaucanson des offres alléchantes afin qu’il vienne à sa Cour. Mais l’ingénieur préfère rester en France : il en sera récompensé par le cardinal de Fleury qui le nomme « inspecteur général des manufactures de soies » en 1741. La mission de cet inspecteur ? Tenter de recréer mécaniquement le geste de l’homme afin de gagner du temps et ainsi… de l’argent. Un avant-goût de l’industrialisation du XIX siècle.

Métier à tisser les façonnés de Vaucanson de 1748, Musées des Arts et Métiers, Paris Ⓒ L'Indécise

Un métier à tisser automatique

Dès 1742, Jacques Vaucanson va inspecter différentes manufactures de France et d’Italie pour comprendre les mécanismes et s’en inspirer. Il invente la « double croisure », la « chaîne Vaucanson » qui permet de créer le « moulin à organiser la soie » … Il perfectionne des machines déjà existantes, notamment les métiers à tisser de Basile Bouchon et de Jean-Baptiste Falcon (et qui seront par la suite modifier par J-M. Jacquard… cela vous dit quelque chose ? 😉 ).

Jacques Vaucanson met aussi en place une nouvelle organisation dans les ateliers afin d’optimiser le rendement. Cette nouvelle organisation signifie nouveau règlement, objectif de rentabilité, restructuration, standardisation… L’économie prime sur l’humain et impacte ainsi l’ancienne organisation des ouvriers.

Une invention qui crée des émeutes

Ces inventions amènent donc une simplification du travail, ce qui semble une excellente nouvelle aux premiers abords. Mais tout le monde ne voit pas ces changements d’un bon œil… notamment les ouvriers lyonnais qui commencent à se voir remplacer par des machines. En août 1744, l’une des plus grandes grèves de l’Ancien Régime commence à Lyon. Durant une semaine, de plus de 15 000 artisans[2] et ouvriers manifestent violemment contre les règlements d’atelier mis en place par Vaucanson. Ce dernier est poursuivi à coups de pierres mais parvient néanmoins à prendre la fuite, de justesse, à Paris. Les émeutiers seront poursuivis par les forces de l’ordre, certains seront pendus, d’autres emprisonnés.



Un certain Vaucanson (bis), Grand garçon,
s’est fait graisser la patte, par les maîtres marchands,
gare gare à la correction, s’il tombe entre nos pattes […]
♪ / Chanson des canuts sur Vaucanson

L'héritage de Vaucanson

Vaucanson essaiera de mener d’autres projets comme la création d’une manufacture modèle. L’ingénieur s’éteint le 21 novembre 1782 à Paris. Il lègue une grande partie de sa collection de machines au gouvernement et donc au roi Louis XVI. En 1783, le Roi achète l’Hôtel de Mortagne (51-53 rue de Charonne à Paris) où l’inventeur résidait pour y créer « Le Cabinet des mécaniques du Roi » : un musée industriel ouvert au public, ancêtre d’un musée bien connu… Ainsi, ce don permettra notamment la création du Conservatoire Nationale des Arts et métiers.


"Un dépôt public de cette espèce instruirait,
encouragerait ceux qui se sentent du goût et du talent
pour l'invention des machines."
Joly de Fleury

Aujourd’hui, Jacques Vaucanson est considéré comme l’une des pères de la robotique. Nous pouvons encore trouver de nombreux hommages dans la culture contemporaine : le robot androïde dans la BD Mystérieuse matin, midi et soir (1971) ou encore dans la BD Donjon de Joann Sfar, une apparition dans l’une des aventures de Nicolas Le Floch (2004), le personnage Jacq Vaucan joué par Antonio Banderas dans le film Automata (2014) ou encore dans le jeu vidéo Syberia. Enfin, la mode, et plus particulièrement l’industrie de la soie, va évoluer suite aux inventions de ce Monsieur Jacques Vaucanson.

Connaissiez-vous cet ingénieur ? Avez-vous déjà lu/vu l’une de ces oeuvres ? Des ouvrages à partager ? N’hésitez pas à commenter, je me ferai un plaisir de discuter avec vous !  ✍

A très vite,

Eva

[1] Serre Olivier, Vaucanson ou le prototype de l’ingénieur, Black Star, http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Vaucanson-A5-cahier.pdf.

[2] Monfalcon J.B., Histoire de la Ville de Lyon depuis son origine jusqu’en 1846, Dorier, 1847.

Ressources utilisées pour créer cet article :

  • https://atelier-canope-95.canoprof.fr/eleve/Automates%20et%20robots/res/robot.dossierHtml/co/1725_1801metiersTisser_1.html
  • https://www.arts-et-metiers.net/musee/metier-tisser-les-etoffes-faconnees-de-vaucanson-destine-remplacer-lancien-metier-la-tire
  • https://www.evous.fr/Jacques-de-Vaucanson-un-genial-inventeur,1149034.html
  • https://www.evous.fr/Jacques-de-Vaucanson-un-genial-inventeur,1149034.html
  • https://gallica.bnf.fr/essentiels/evenement/automates-vaucanson
  • http://www.linflux.com/lyon-et-region/jacques-de-vaucanson-1709-1782/
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Vaucanson#cite_note-Henri_Jorda-13

Images : https://www.amazon.fr/Myst%C3%A9rieuse-matin-midi-Jean-Claude-Forest/dp/2844141218 ;https://www.babelio.com/livres/Sfar-Donjon-parade-tome-1–Un-donjon-de-trop/3373 ; https://m.editions-jclattes.fr/le-crime-de-lhotel-de-saint-florentin-9782709625142 ; https://www.amazon.fr/Micro%C3%AFds-Syberia-1/dp/B0742M216B ; http://www.allocine.fr/film/fichefilm-193825/photos/detail/?cmediafile=21123031

2 thoughts on “Ils ont fait la mode / Jacques de Vaucanson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *